les actualités création de site internet 

Actualités 02+Commerce electronique

Leader mondial de services de technologies de paiement, annonce la disponibilité immédiate d'une nouvelle solution permettant aux entreprises d'étendre leur portée mondiale avec un accès à plus de 120 méthodes de paiement locales et alternatives dans plus de 170 pays différents, en Europe, en Asie-Pacifique et dans la région des Amériques. 
gestion ALP gestion de projet web,  Gestion ALP conception web solution web création de sites actualités  création de site internet 
Cette offre permet aux clients de commerce électronique et omnicanaux de Global Payments de bénéficier d'un accès à une vaste gamme de méthodes de paiement, y compris les virements bancaires, les débits directs et les portefeuilles numériques. Elle permet également aux consommateurs de payer en utilisant les méthodes de paiement qui leur conviennent le mieux, entraînant une augmentation des ventes et des conversions de commandes pour les commerçants. 
Ces méthodes de paiement sont incorporées dans la technologie de commerce électronique de Global Payments et sont livrées dans une plateforme de gestion de paiement unique, permettant de supprimer la complexité liée à l'acquisition, à la collecte et au traitement d'une vaste gamme de méthodes de paiement. Global Payments continue d'améliorer son leadership mondial en amenant sur le marché des solutions pilotées par des logiciels et fondées sur la technologie, qui simplifient les paiements pour les commerçants de toutes tailles. 
« Cette capacité nous aide à élargir notre gamme de solutions innovantes de paiement de commerce électronique et d'omnicanal en permettant à nos clients de vendre au-delà des frontières », a déclaré Jeff Burke, Président du commerce électronique mondial chez Global Payments. « Grâce à nos capacités technologiques et à notre distribution inégalées, les clients peuvent tirer davantage parti de la présence d'acquisition directe et mondiale sans équivalent de Global Payments pour pénétrer sur de nouveaux marchés et étendre leurs activités à l'international. » 
À propos de Global Payments 
Global Payments Inc. (NYSE : GPN) est un fournisseur leader mondial de services de technologies de paiement, qui propose des solutions innovantes axées sur les besoins de ses clients basés dans le monde entier. Nos technologies, nos partenariats, ainsi que l'expertise de nos employés nous permettent de proposer une gamme étendue de produits et de services qui confèrent à nos clients la possibilité d'accepter tous types de paiement sur divers canaux de distribution, et ce dans de nombreux marchés à travers le monde. 
Basée à Atlanta, en Géorgie, et forte de 8 500 employés à travers le monde, Global Payments est membre de l'indice S&P 500 et compte des vendeurs et des partenaires dans 30 pays à travers l'Amérique du Nord, l'Europe, la région Asie-Pacifique et le Brésil. Pour en savoir plus sur Global Payments, sur notre marque « Service. Driven. Commerce » et sur nos technologies, rendez-vous sur  création de site www.globalpaymentsinc.com. 
Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence. création de site internet 
création de site internet, création de projet web
 Contacts  
Global Payments Inc. 
Contact avec les investisseurs : 
Isabel Janci, 770-829-8478 
investor.relations@globalpay.com

Actualités 03+Start Up du web

Alors que la station F ouvrait ses portes en début de semaine et que les premiers entrepreneurs prenaient possession des lieux quais d’Austerlitz, la sphère entrepreneuriale est depuis quelques années sous le feux des projecteurs de tous les medias grand public, comme l’a montré le traitement intense par la presse nationale de l’inauguration du plus grand incubateur au monde par le président de la République Emmanuel Macron. L’accent est souvent mis sur les fulgurantes réussites du XXIème siècle que sont devenus en quelques années Amazon, Airbnb et autres GAFA, et sur les success stories d’entrepreneurs à la Mark Zuckerberg ou Lary Page, milliardaires à la trentaine. Dès lors les nouveaux entrepreneurs qui souhaitent se lancer dans la création d’une start-up du web sont-ils sensibles à cette mythologie construite par les médias autour de ces nouveaux héros des temps modernes ? Il semble bien que oui ! 
 Gestion ALP gestion de projet web création web solution web 
Deux enseignants-chercheurs de l’Institut Mines-Télécom (IMT), Flavien BAZENET et Thomas HOUY ont mené l’enquête afin de mieux comprendre le niveau d’adhésion des entrepreneurs du digital à la mythologie entrepreneuriale créée par les médias grand public. Cette étude inédite a été réalisée à partir d’une enquête menée entre 2007 et 2014 auprès de 82 860 « porteurs de projets » en partenariat avec l’Observatoire Permanent des Porteurs de Projet des Chambres de Commerce et d’Industrie (CCI). 
Conclusion de cette enquête, les entrepreneurs du web se montrent sensiblement plus optimistes que les entrepreneurs d’autres secteurs ! 
 
S’ils sont plus optimistes, il sont aussi plus critiques, 74% d’entre eux pensent qu’il est difficile ou très difficile de créer son entreprise aujourd’hui en France contre 33% pour l’ensemble des autres porteurs de projets. 
Pour autant, 52% s’attendent à voir leur salaire grimper, avec une augmentation élevée ou très élevée par rapport à leur salaire actuel, contre seulement 19% pour les autres entrepreneurs. Surement l’influence des self-made-men du web devenus milliardaires en quelques années dont les parcours bercent les espérances et attisent les envies d’entreprendre. 
Ces porteurs de projets digitaux ont également une vision de l’échec bien plus optimiste que la moyenne. 73% disent considérer un éventuel échec comme un élément valorisant auprès d’un employeur, tandis que seulement un tiers des autres entrepreneurs sont de cet avis. Cette évolution des mentalités est particulièrement intéressante en France, pays souvent critiqué pour sa tendance à inhiber l’esprit entrepreneurial et la prise de risque en considérant l’échec comme quelque chose de forcément négatif. Il faut peut être y voir l’influence de la Silicon Valley, porteuse de cet esprit innovant, pour qui l’échec n’est qu’une étape enrichissante, voire indispensable sur le chemin qui mène au succès. 
A ce sujet, voir la vidéo d’Idriss Aberkane chercheur affilié à Stanford, l’échec est un diplôme.
agence a Montréal, création web ,création web ,site internet design de site web

ContactEz-nous
Vous voulez en savoir plus ? Vous pouvez nous contacter par ce formulaire.
ADRESSE DE CONTACT
GESTION APL SENC
864 rue Lanoie CP 1
Upton, QC
J0H 2E0







ENVOYER
Gestion ALP solution web

Actualités 01+Le monde du web

La Cour suprême ordonne à Google d’effacer des sites Web de son moteur de recherche partout dans le monde. Une décision qui ne porte pas atteinte à la liberté d’expression, selon le plus haut tribunal du pays. 
 
Sept des neuf juges ont maintenu mercredi une injonction accordée en 2012 par la Cour suprême de la Colombie-Britannique à Equustek Solutions inc., une entreprise de technologie industrielle. 
Gestion ALP solution web agence internet
L’injonction vise uniquement les sites de Datalink, une entreprise de distribution coupable d’avoir violé la propriété intellectuelle d’Equustek pour revendre l’un de ses produits en ligne. 
 
Google avait déjà retiré 345 pages Web de Datalink de son moteur de recherche au Canada, mais refusait de le faire à l’international. Le géant d’Internet contrôle plus de 70 % des recherches mondiales en ligne. 
 
Google arguait, entre autres, que la cour canadienne n’avait pas la compétence d’imposer une injonction dont la portée dépassait les frontières canadiennes même si elle reconnaissait le préjudice subi par Equustek. 
 
Google n’a pas réussi à démontrer que cette ordonnance d’injonction contrevenait à la liberté d’expression, selon le jugement de la Cour suprême qui souligne qu’il s’agit également de l’unique façon pour Equustek d’obtenir justice, puisque Datalink a déménagé ses activités à l’extérieur du pays. 
 
« L’Internet n’a pas de frontières — son habitat naturel est mondial. La seule façon de s’assurer que l’injonction interlocutoire atteint son objectif est de la faire appliquer là où Google exerce ses activités, c’est-à-dire mondialement », peut-on lire dans le jugement. 
 
La Cour note que les clients à l’extérieur du Canada pouvaient continuer à acheter les produits contrefaits par Datalink à partir des sites référencés par Google et que les acheteurs canadiens pouvaient facilement trouver ces pages Web par son entremise, même si elles avaient été retirées de Google.ca. 
 
Décision risquée ? 
 
Une coalition réunissant des groupes de défense des libertés civiles, des droits de la personne et 15 entreprises de presse étaient intervenus en décembre pour défendre la liberté d’expression. Ils craignaient que cette décision ne crée un dangereux précédent. 
 
Ce jugement déçoit le groupe OpenMedia, qui milite pour la neutralité d’Internet. L’organisme, qui faisait partie de la coalition, craint que des entreprises ou des gouvernements étrangers y trouvent une légitimité pour censurer du contenu en ligne et portent ainsi atteinte au droit à l’information et à la liberté d’expression. 
 
« Internet est un phénomène mondial et il y a un grand risque que des gouvernements ou des entités commerciales utilisent ce jugement pour justifier des demandes de censure, ce qui pourrait mener à la disparition sur le Web de contenu légal et légitime », a fait savoir son directeur des communications, David Christopher. 
 
L’association des libertés civiles de la Colombie-Britannique, qui faisait également partie de la même coalition, n’est pas du même avis. « Dans ce cas-ci, c’était une question strictement commerciale », a expliqué le directeur général de l’Association des libertés civiles de la Colombie-Britannique, Josh Paterson. 
 
À son avis, la Cour suprême a tout de même pris en considération l’impact sur la liberté d’expression, même si elle a jugé que l’injonction n’y portait pas atteinte. 
 
La décision de la Cour suprême réjouit plusieurs joueurs de l’industrie du disque, du film et du livre. « C’est le cas le plus clair d’un ordre de délistage mondial émis par la justice contre un moteur de recherche », a affirmé Barry Sookman, l’avocat qui représentait la Fédération internationale de l’industrie phonographique (IFPI), la Fédération internationale des associations des producteurs de films (FIAPF), Music Canada et le Canadian Publishers Council.
Gestion ALP création de site web actualités Gestion ALP agence internet gestion deprojet web